Accueil Département Enseignants Enseignements Recherche Archives
> Enseignements > Séminaires hébergés > Séminaires hébergés 2019-2020

Séminaires hébergés 2019-2020

Descriptifs et calendrier des séances prochainement disponibles.

 
SÉMINAIRES HÉBERGÉS
 
Séminaire général de critique génétique
Nathalie Ferrand (ITEM, ENS-CNRS) et Franz Johansson (ITEM, Sorbonne Université) - S1 et S2, mensuel
 
Proust. Séminaire d’édition génétique
Nathalie Mauriac Dyer (ITEM, ENS-CNRS)
S1 et S2, Mercredi, 14h30-16h30, salle des historiens. Séances les 16 octobre, 13 novembre, 11 decembre, 15 janvier, 12 février, 18 mars, 15 avril, 13 mai
Validation : assiduité.
Projet collectif d’envergure internationale, l’édition des « Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France » (Brepols-BnF) donne accès à l’atelier de Marcel Proust. Les participants du séminaire découvrent ou approfondissent la méthodologie de l’édition critique appliquée aux manuscrits modernes : apprentissage de la lecture courante d’un cahier manuscrit avec le support des images numériques de la BnF, révision d’une transcription diplomatique, contextualisation génétique et critique en vue de l’annotation, éclaircissement des allusions littéraires, historiques et culturelles. C’est également l’occasion de se familiariser avec les habitudes, les rythmes et les singularités d’un très grand écrivain au travail. Aucune spécialisation préalable n’est exigée.
 
Le champ proustien
Nathalie Mauriac Dyer (ITEM, ENS-CNRS)
Séminaire sous forme de trois Journées d’étude (29 novembre et 12 mars 2019, en salle jaurès ; le 4 juin 2020)
Prendre contact avec nathalie.mauriac@ens.fr avant la première journee d’étude.
Validation : assiduité.
Le séminaire « Le champ proustien » prendra cette année la forme de trois Journées d’étude confiées à divers spécialistes reconnus des études proustiennes. La première (novembre), animée par Stéphane Chaudier et Jean-Marc Quaranta, sera consacrée à une relecture de Jean Santeuil, à l’occasion de la publication d’un numéro spécial de la revue Roman 20-50. La deuxième (mars), confiée à Sophie Duval et Francine Goujon, s’attachera à la question de l’allusion littéraire chez Proust. La troisième (juin), animée par Nathalie Mauriac Dyer et Pyra Wise, reviendra sur l’édition d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, en s’attachant à l’étude de son manuscrit dispersé dans l’édition de luxe (1920). 
 
L’Auteur, ses archives et sa bibliothèque
Responsable : Pierre Musitelli et Christian Del Vento (Sorbonne Nouvelle/ITEM) - S1 et S2, mensuel
 
Carnets de Finnegans Wake
Daniel Ferrer (ITEM, CNRS-ENS) - S1 et S2
(contacter le responsable pour connaître les dates)
 
Carnets de Virginia Woolf
Catherine Rovera-Amandolese (ITEM, Paris-Dauphine) et Daniel Ferrer (ITEM, CNRS-ENS) - S1 et S2
(contacter les responsables pour connaître les dates)
 
Poésie et musique à la renaissance : musique et poésie spirituelle
Référents : Christophe Dupraz (ENS) et Olivier Millet (Sorbonne Université)
S2, Vendredi, 10h–12h, salle Assia-Djebar. Premier cours : vendredi 31 janvier 2020
3 ECTS (Validation : travail personnel oral ou écrit)
La Renaissance voit fleurir un riche corpus de poésies spirituelles que les auteurs proposent souvent à leur public de s’approprier par le chant, c’est-à-dire sous une forme musicale. Ces poésies se voient conférer une double fonction : d’une part, elles jouent un rôle actif, politique et militant, dans les conflits religieux qui embrasent la France du XVIe siècle en affirmant avec véhémence la foi et les convictions – protestantes ou catholiques – des poètes ; d’autre part, elle participent de l’intense et fervent mouvement de dévotion qui s’empare de l’ensemble des Français dans la seconde moitié du siècle sous la forme, par exemple, de paraphrases de psaumes et de cantiques spirituels.
Le séminaire propose de découvrir ce corpus dans sa diversité thématique mais aussi dans sa poétique propre. Il s’agira en outre d’explorer le répertoire polyphonique auquel il donne naissance et, plus largement, les procédés originaux ou non (contrafacta et timbres polyphoniques ou monodiques) par lesquels les auteurs eux-mêmes conçoivent leur texte poétique et proposent à leurs lecteurs de le chanter. NB : il n’est pas nécessaire de savoir lire la musique
 
Expression linguistique de l'espace : le cas des marqueurs de discours et les limites du localisme
Benjamin Fagard et Laure Sarda, Laboratoire LATTICE (CNRS, ENS et Sorbonne Nouvelle ; PSL et USPC) - S2
  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS